blog

Film Hong-kongais se concentrant sur les rapports amoureux de Yuddi, jeune Hong-kongais entretenu par sa mère adoptive avec laquelle il entretient une relation conflictuelle. Le film est impressionant pour la virtuosité avec laquelle est maniée la caméra ; la caméra devient un personnage à part entière du film, et entraine le spectateur dans sa subjectivité. "Nos années sauvages" est un film envoutant d'un maitre du cinema Hong-kongais.

Hong-Kong movie focusing on the love affairs of Yuddi, young Hongkongese financially supported by his adoptive mother with which he has a troubled relationship. The film is impressive for its virtuosity in the shootings ;  the camera becomes itself a protagonist of the movie, and drag the spectator in its subjectivity. "Days of being wild" is a captivating movie of a master of Hong-Kong cinema.

Une comédie sympa, inspirée par l'histoire vraie d'un flic black ayant infiltré un groupe local du Ku Klux Klan. Une satire qui rappelle le racisme et la haine présente aux États-Unis dans les années 70. On peut reprocher au film un manque de profondeur, on peut lui reprocher une certaine caricaturisation de ses personnages, le film a le mérite d'être engagé, et dans le contexte d'une présidence de Trump aux États-Unis, il prend tout son sens, et mérite d'être regardé.

A nice comedy, inspired by the true story of a black cop who infiltrated a local branch of the Ku Klux Klan. A satire that reminds us the racism and hatred that prevailed in USA in the 70s. One can reproach the movie a lack of profundity, characters a bit grotesque, but it deserves to be acclaim for its activism, the movie takes all its sense in the actual context, a Trump presidency in USA ; it definitely deserves to be watched.

Film documentaire regroupant une série de tournages réalisés à Cuba entre les années 1970 et 2016. Jon, le journaliste qui réalise ces tournages retourne sur Cuba de manière répétée sur cette période, retrouvant à chaque fois les personnes qu'il avait rencontré dans le passé, en rencontrant de nouvelles, à chaque fois il s'attache à saisir la réalité et à voir comment la vie des gens évolue. Entre la période post-révolutionnaire, les crises migratoires, la chute de l'URSS, l'ouverture de Cuba sur le tourisme, on assiste à la manière dont tous ces évenements affectent la vie des gens sur Cuba ; le documentaire revient aussi sur les entretiens que Jon a eu avec Fidel ; grâce à la confiance et aux amitiés que Jon a gagné au cours de sa vie avec des familles vivant à Cuba et Fidel Castro, il nous offre un documentaire unique et révélateur sur Cuba et sa récente histoire.

Documentary film gathering series of film shootings realized in Cuba between the 70's and 2016. Jon, the journalist who made this shootings went back to Cuba repeatedly in this period, meeting again with the same people or meeting new ones ; he emphasizes on showing the reality of the life of these people, showing how their life evolves. Between the post-revolutionary period, emigration crises, the fall of USSR, the development in tourism industry, we assist how these events affect the life of the people in Cuba ; the documentary shows us the interviews that Jon had with Fidel Castro ; thanks to the trust and friendship that Jon won through his life with cubans and Fidel, he offers us a unique and revealing portrait of Cuba and its recent history.

J'ai finalement fini le quatrième opus du Buru quartet de Pramoedya Ananta Toer.
Ses lectures m'auront accompagné le long d'un voyage de 6 mois en Indonésie, elles m'auront aidé à appréhender ce peuple et son histoire, à comprendre les marques que 300 ans de colonisation auront laissé, et à comprendre quelle sorte de nationalisme aura donné naissance à ce pays. Le livre de Pramoedya est un hommage à Tirto Adhi Suryo, un journaliste et activiste actif au début du XXeme siècle qui a créé le Medan priyayi considéré comme le premier véritable journal indonésien ( le premier en langue indonésienne ). Pramoedya à travers son oeuvre rend hommage à cet homme, instigateur d'une véritable révolution d'idées, et premier penseur à véritablement imaginer une Indonésie ( qui n'en portait pas le nom à l'epoque ) unie. Il aura donné ses armes au peuple d'indonesie en créant la première organisation native à défendre les droits des habitants des indes hollandaises, contrecarrant aussi bien le pouvoir colonial que les velléités de pouvoir des résidus de l'aristocratie javanaise. La vie de Tirto Adhi Suryo décrite dans le Buru Quartet où il y est surnommé Minke, est avant tout née de l'imagination de Pramoedya ; les deux premiers opus notamment, décrivant l'adolescence de Minke et la naissance du penseur, semblent en grande partie évoquer des faits nés de l'imagination de l'auteur. Il n'en reste pas moins que la fiction se mêle déjà à la réalité du contexte historique, et c'est surtout dans les troisième et quatrième opus que le personnage de Minke fusionne avec la réelle personne que fut Tirto Adhi Suryo.
Cet ouvrage est l'incroyable description de la naissance d'une nation, de la naissance des idées qui lui donneront vie ; mais c'est aussi une lecture sur l'époque coloniale, une réflexion sur ce que fut le colonialisme, en Indonésie mais aussi en général. Ce que l'Europe a apporté comme grandeur dans ses idées, ce qu'elle a apporté comme horreur dans ses actes. Pramoedya nous offre une vision acerbe de ce que fut et de ce que représenta l'Europe, et nous aide à comprendre les fondements politiques et philosophiques d'un empire colonial, de ces mêmes empires coloniaux qui furent à l'origine des richesse et grandeurs de l'Europe.
Que l'on soit intéressé par l'Indonésie ou non, l'oeuvre de Pramoedya est un chef d'oeuvre méritant sa place parmi les plus grands classiques, un incroyable témoin de son temps qui nous délivre une rare description d'une culture coloniale, sujet qu'il creuse bien plus profondément encore que  Georges Orwell dans ses Histoires birmanes.
A lire dans l'ordre suivant : This Earth of Mankind, Child of all Nations, Footsteps, House of Glass.

I finally finished to read the 4th book of the Buru Quartet of Pramoedya Ananta Toer. His reading followed me during a 6 months travel in Indonesia, it has helped me to come to an understanding of this people and its history, it has helped me to understand the scars that left 300 years of colonization, and understand what kind of nationalism gave birth to this country. The book of Pramoedya is a tribute to Tirto Adhi Suryo, a journalist and activist active in the beginning of the 20th century who created the Medan pryayi considered as the first true Indonesian newspaper ( it was the first using Indonesian language ). Pramoedya, through his work, pay homage to this man, instigator of a revolution of ideas, and first thinker to imagine an independent and united Indonesia ( even though the name of "Indonesia" came later ). He gave arms to the people by creating the first native organization to defend the rights of the people of the Dutch Indies, defend them against the colonial government, but as well against the crave for power of the old Javanese aristocracy. The life of Tirto Adhi Suryo as described in the Buru Quartet under the name of Minke, is mainly coming from Pramoedya's imagination ; the first two books especially, depicting Minke's adolescence and the rise of the thinker, is mostly a fiction, but already fiction is entangled with historical reality, and it is in the 3rd and 4th books that the fictional character Minke merges with the historical person of Tirto Adhi Suryo.
This work is first of all an incredible description of the birth of a nation, the birth of ideas that will give life to it ; but it is also an intense reflection about colonialism, in Indonesia and in the whole world. A reflection of what Europe brought of ideas and ideals, and what it brought of horrors and injustices. Pramoedya offers us a incredible sight of what was the European colonialism, and helps to understand its political, economical, and philosophical foundations, the foundations of what made the greatness and wealth of the old continent. Being interested or not in Indonesian history, the work of Pramoedya is a masterpiece deserving its right place among the greatest classics, he is one of the great witness of his time and offer us one of the best testimony of colonialist time, outdoing even Georges Orwell in his Burmese days.
To read in the following order : This Earth of Mankind, Child of all Nations, Footsteps, House of Glass.

Coproduction américaine et sud-coréenne. Fiction qui fleurte avec le fantastique, les évenements de ce film prennent place autour d'une campagne publicitaire lancée par une grosse compagnie du nom de Monsan... Non, pardon, Mirando, lapsus... Cette campagne tente de lustrer l'image d'un nouveau produit sorti de leurs laboratoires : un super cochon censé devenir une source de nourriture abondante et pas cher. Une vingtaine de specimen sont envoyés à différents fermiers à travers le monde. La fille d'un de ces fermiers, Mija, vivant en Corée du sud, se lie d'une profonde amitié avec Okja, son super cochon dont elle s'occupe depuis 10 ans ; le jour où les gens de Mirando viennent récupérer le cochon pour l'exposer à New-York et en faire de la chair à saucisse, Mija risque tout pour sauver son amie Okja. Avec l'aide de ses nouveaux amis de l'ALF, le Front de Libération des Animaux, Mija doit affronter la folie et la cruauté des gens travaillant pour Mirando, et la confrontera à la cruelle réalité des abattoirs et à la manière dont cette société "civilisée" traite les animaux. Okja montre encore si il fallait le prouver que les sud-coréens sont parmi les maitres du cinéma moderne.

American and South-Korean production. Fiction that flirts with fantastic, the events of this movie take place around a commercial run by a big international company named Monsan... Woops, sorry, Mirando, lapsus... This commercial try to polish the image of a new product that came out of their laboratories : a super pig meant to become a source of cheap and abundant food. More than twenty specimen are sent to farmers around the world. The daughter of one of these farmer, Mija, living in South-Korea, befriends with Okja, her super pig she has been taken care for 10 years ; the day when people from Mirando come to get the pig to display it in New-York and make of it sausages meat, Mija risks everything to save her friend Okja. With the help of her new friends from the ALF, Animal Liberation Front, Mija has to face the madness and cruelty of the people working for Mirando, she will have to endure the horrible and cruel reality of the slaughterhouses and of the way this "civilized" society treats animals. Okja shows once again, if it needed to be proven,  that South Korea is one of the leading country in modern cinema.

L'image que j'avais de Gandhi était très édulcorée. En réalité, il est un homme de combat. Il s'est battu de toute son énergie pour le respect des droits civiques de son peuple face au colonialisme anglais. La force de Gandhi est qu'il se veut non violent, cela ne l'empêche pas d'être actif et provocateur. Ses armes sont la parole, la marche, le jeûne et la désobéissance civile. Si chaque travailleur refuse d'obéir, c'est le pays entier qui s'arrête de fonctionner, et cela est une force. Il est considéré comme le père de l'Inde libre.

A 18 ans il est parti faire des études d'avocat à Londres, et s'est imprégné de la culture européenne. Il part ensuite travailler en Afrique du Sud et voyage en 1ère classe comme il en avait l'habitude en Angleterre. Sauf que dans les colonies, seuls les blancs peuvent utiliser la 1ère classe. Son combat commence lorsqu'il refuse de se rendre en 3ème classe, si bien qu'il se fait jeter du train. Comment l'Europe peut être à la fois défenseur des droits de l'Homme et les mépriser au sein des colonies ?

Œil pour œil et le monde devient aveugle.

What I thought about Gandhi was too soft. In fact, he was a man of battle. He struggled with all his strength for the respect of Indian's civic wrights against the english colonialism. The power of Gandhi is that he's nonviolent, but nonetheless active and provocative. His weapons are words, walks, fasts and disobedience. If every worker refuse to obey, the whole country stop working. This is a strength. He is considered as the father of the free India.

At the age of 18, he went to London to study laws. He is steeped in european culture. He went to South Africa for work and travel in first class as he usually did in England. Except that in colonies, only white people can travel in first class. His struggle begin when he refuse to go in third class. How Europe can be the defender of human rights and despise them in its colonies in the same time?

An eye for an eye, making the whole world blind.

Ce film iranien raconte l'histoire de Bashu, un jeune garçon, qui perd sa maison et toute sa famille pendant la guerre Iran-Irak. Effrayé, il fuit et grimpe à l'arrière d'un camion. Lorsqu'il arrive dans la partie nord du pays, il descend du camion, mais reste craintif car les gens semblent très différent de sa région natale. Il rencontre alors Naïe, une mère qui essaye d'élever ses deux enfants en bas-âge. Encore traumatisé, il essaye d'expliquer ce qui est arrivé à son village mais les deux ne parlent pas le même langage et ne se comprennent pas. Naïe, ne comprenant pas ce qu'il veut, essaye de le chasser. Elle fini par avoir pitié et commence à lui laisser de la nourriture à l'extérieur de la maison.

Le film traite des difficultés pour se faire accepter lorsque l'on est différent. Les villageois vont se moquer de la couleur de sa peau et de son langage. Il va être associé à un voleur alors qu'il vient juste d'arriver. C'est un sujet épineux au sein des différentes communautés qui vivent en Iran.

In english :

This  is an iranian movie about a young boy during the Iran–Iraq War. His parents are killed in a bombing raid on his home village and he escapes on a cargo truck. When the truck reached the north of Iran, Bashu gets off. He is quickly fearful because people seems different from where he comes. He meet Na'i, a young mother, and try to explain what happened to his home but both of them speak a different language  and can't understand each others. So, Na'i tries to chase him away, but later takes pity on him and start to leaves food out for him.

The movie deals with racism amongs differents ethnies living in Iran.

Wadjda est un film se déroulant en Arabie Saoudite et nous présente l'histoire d'une jeune fille grandissant sous la contrainte des règles de conduite imposées par ses pairs. Wadjda ( la jeune fille ) possède une soif de liberté en constante contradiction avec les règles qui lui sont imposées, et se retrouve ainsi sans cesse en conflit avec ses ainées. Et tout se complique encore lorsqu'elle décide d'acheter un vélo... Wadjda donne une image assez claire de la condition féminine en Arabie Saoudite, mettant l'accent sur le manque de libertés illustré par les désirs et déboires de Wadjda, et sur la peur de l'abandon émotionnel par le biais de ses parents, le père de Wadjda étant en recherche d'une nouvelle épouse. Un film simple dans sa composition, mais une véritable fenêtre qui nous fait découvrir l'Arabie Saoudite comme jamais, premier film intégralement tourné en Arabie Saoudite, et premier film dans ce pays réalisé par une femme. Une belle illustration des pratiques religieuses et culturelles dans un pays reconnu pour être un des plus conservateurs face à la condition féminine.

Wadjda is a movie taking place in Saudi Arabia and introduce the story of a young girl growing under the constant pressure of code of conduct imposed by her people. Wadjda ( the young girl ) has a thirst for freedom in permanent contradiction with the rules imposed upon her, and find herself in constant conflict with her elders. And everything gets even more complicated when she decide to buy a bicycle... Wadjda gives a clever picture of women condition in Saudi Arabia, emphasizing on the lack for freedom illustrated by the desires and difficulties of Wadjda, and on the fear of emotional abandonment, Wadjda father's being looking for a new wife. A film simple in its composition, but a real window that make us discover Saudi Arabia as never, first film entirely shot in this country, and first film directed by a woman. A beautiful illustration of religious and cultural practices in a country known for being the harshest and most conservative about woman condition.

Imagine : you get in a mall, and grab a can of tomatoes, of a popular brand, you always bought this one, and everyone you know around you buy this brand as well.

hatOnly today you are in a strange mood, something happened recently that made you start wondering about everything, you've started to put a lot of things in question recently. So today, instead of putting straight the can in your shopping bag, you decide to check the list of ingredients and nutritional indications ; and to your surprise, there is just nothing written ! Only the familiar logo you've seen everywhere, on TV, in commercials, in the first line of Google search results for "tomatoes", but on the can there is nothing else than the logo and without anything more detailed than "concentrated tomato" and a short recipe for a pizza. You still buy the can, a bit startled that you've been buying the same product for years and realizing only now that you never could know what you were really buying.

Back home, you decide to check on internet, to look for information about this brand and this tomato can, and new surprise ! You realized that not only you, but never anybody could really know what the composition is, considering it has never been disclosed. How come ? Knowing that there is so much other brands, less publicized, but that disclose its content, that give all information about the ingredients of the product in all transparency, and most of them taste as good. So yes, admittedly, the label on the famous brand is shinier, and there is an easy opening that from a simple pressure of the thumb it opens by itself ; you could wonder whether it is really necessary, especially you don't know what's inside, and there is no way to know, the company is not compelled to disclose its ingredients. Strange isn't it ?

Welcome in the world of software ! Things are happening a bit like this today ! When you use some proprietary softwares like Windows, Apple, Facebook, Google, WhatsApp, you use the brand with the shiny label and the easy opening, but as in the example before, there is no way to know what is happening behind the curtain of your screen, in the background. It is very hard to know how their tools work, there is no transparency. It's a shame, especially that there is a lot of alternatives to these mainstreams companies, alternatives that are transparent and that can be audited. Of course most of us are not capable to comprehend how works a software, and most of us are not capable to read and understand its code, but what matters is that there is people, scientists, programmers, and researchers that can read it and warn the public in case of misuse.

Moreover, there is the problem with centralization, companies like Google or Facebook today gather in their hands the private data of billions of people, data that they can use as they see it fit ! Imagine how this sort of information could be used in the hands of the wrong people, imagine what would have been Germany under Nazi rule in possession of these tools, what would have been the USSR if Staline could have possessed such information ? Looking at history, letting these data being gathered by such a small amount of companies and people sounds like insanity, like world scale hysteria. What could it become under an authoritarian ruler ? Imagine that a mad, impulsive and authoritative man was to become the most powerful man in the world. We shouldn't leave tools able to change our perception of reality in the hands of such people.

There are serious alternatives to such centralized networks. There are tools capable to spread the data among many servers, servers owned by companies or people you trust, and still being able to communicate with all others, tools developed by communities, supported by donations, by popular consent, tools to maintain open and standardized systems, that allow you to sign up for a service, without becoming its hostage.

For these alternative services, here is a small and non-exhaustive list :

  • Linux : Operating System, similar to Windows or MacOS, having the reputation of being complicate to use and only for geeks. The only real complication with linux comes with the time to choose the one for you. There is indeed hundreds, maybe thousands of different linux, OS based on the same kernel, the same core, the real complexity comes with the time to choose his own. The most famous of these distributions is without a doubt Ubuntu, but felt a bit out of favor, lost its popularity in favor of  Linux Mint. There is a distribution made with the main concern of being easy to install and easy to use, esthetics and ergonomic are highlighted : elementaryOS.The most geek of us who want an always up-to-date system with always the last features will probably prefer Manjaro. You can consult information about all linux distribution on DistroWatch.com. But if you're not very well acquainted with computers, and you don't want the hassle, you'd probably better go with elementaryOS.

  • Mastodon :alternative to Twitter, it became quite popular in the last past years. It follow the same principle than twitter, but "tweets" became "toots" and posts are limited to a maximal amount of 500 characters ( against 300 for Twitter now ). It is not simply an alternative company that simply does the same thing than Twitter, but it is rather an organization that develops and provide a free and opensource software, that anybody can install on his own server and keep an hand over his data, and participate to build a network of federated servers capable to communicate between one another. And if you don't want to install anything on a server, you can of course simply sign up on a server that already host an instance of Mastodon, following this link. To see how it looks like, you can access our own page on framapiaf.

https://youtu.be/IPSbNdBmWKE

  • Diaspora* : Diaspora is a software working on the same principle than Mastodon, namely a system of decentralized and federated servers running on free and opensource software. Only Diaspora* is an imitation of Facebook, more closely similar to what Facebook was at its beginning than what it looks now. Simpler. You can our page on Diaspora on framasphere.
  • Matrix :Matrix again is a software with the same philosophy than Mastodon and Diaspora, that is to say this system of decentralized and federated servers. Matrix is a secured communication protocol, meant to offer an alternative to tools like Skype or WhatsApp, with it you can create discussion groups, call your friends, exchange files, etc.... Once again, Matrix can be installed on your own server, but the easiest way to start with Matrix is to go on Riot.im, software that provides the graphical interface for the Matrix protocol and from which you'll be able to create a account on Matrix.org. You can join our discussions on #burubiblio:matrix.org.
  • Nextcloud :Formerly know as Owncloud, Nextcloud is a cloud storage service that works in a similar fashion with Dropbox and Google Drive. It is a software that once again has the possibility to communicate with others and create a network of decentralized servers, that allow one to share files with people on another instance. Once again, you can install Nextcloud on your own server ( which is probably the best solution ) or register for an online service.
  • Tutanota : Email provider again working with opensource software, emails are stored encrypted on the server in a way that even the people maintaining the server won't be able to read your mails. Tutanota encrypt communications between two users of Tutanota, but of course is unable to encrypt communications with another service.
  • Firefox : Of course ! Firefox is probably one of the most well known free and opensource software ! I don't believe I need to describe it here, it is a web browser, one of the best, and the only one among the giants that is free and opensource.

  • VLC :Yes ! VLC is certainly too one of the free and opensource softwares the most known and used. Every user of Windows or Linux ( and even MacOS ) certainly has ever used VLC at least once in his life. Famed as a liable and advanced video player, many attempts have been done to equal it, only a very few managed.

  • Qwant : COCORICOOOO ! Qwant is a French search engine ! Becoming popular in Europe, it is not opensource, but still offer and acceptable alternative to Google, claiming that it doesn't track you and doesn't personalize search results.

  • DuckDuckGo : An other alternative to Google search engine, older ( than Qwant ), based to USA too. If a part of its code source is open, its core remains proprietary. It emphasizes too on privacy and non-tracking and non-personalized search.

  • To find a catalogue of opensource software, you can consult the Open Source Software Directory

Imaginez : vous entrez dans un supermarché, et vous vous emparez d'une boite de tomates en conserve populaire, vous avez toujours acheté celle là, et tout le monde autour de vous consomme cette marque.
Seulement voilà, vous êtes d'une humeur un peu particulière aujourd'hui, quelque chose vous est arrivé récemment et vous vous êtes mis à vous poser des questions sur tout et n'importe quoi. Du coup plutôt que de mettre directement la boite de conserve dans votre panier, vous décider de lire la liste des ingrédients et les indications nutritionnelles ; seulement surprise, il n'y a rien d'indiqué. Seulement le même logo que vous êtes habitué à voir à la télévision et sur les panneaux publicitaires, mais ce logo si familier n'est accompagné d'aucune autre mention plus détaillée que "conserves de tomates" et une recette pour faire une pizza.
Vous achetez quand même la boite, un peu surpris tout de même d'avoir continué à acheter ce même produit toutes les semaines sans jamais avoir questionné ce que vous achetiez réellement.
En rentrant vous décidez d'aller consulter internet pour rechercher des informations sur ces tomates en conserve, et nouvelle surprise, vous réalisez que la composition et les ingrédients de cette boite de conserve n'ont jamais été publiés et ne sont pas connus du public. Étrange, d'autant qu'il existe d'autres alternatives, certainement beaucoup moins médiatisées et familières que cette marque, mais qui elles divulguent le contenu de leurs produits, affichent clairement en toute transparence leurs compositions. Alors certes, l'étiquette de la grande marque est plus jolie et il y a une ouverture facile qui fait que d'une pression du pouce bien placée, la boite s'ouvre toute seule ; seulement vous ne savez pas ce qu'il y a dedans, et personne ne le sait, il n'y a pas moyen de le savoir, l'entreprise n'est pas obligée d'en dévoiler la composition.

Bienvenue dans le monde du logiciel ! C'est un peu comme ça que ça se passe aujourd'hui ! Lorsque vous utilisez des outils comme Windows, Apple, Facebook, Google, WhatsApp, vous utilisez ces grandes marques avec leur belle étiquette et leur ouverture facile, mais comme dans l'exemple ci-dessus, il n'est pas possible de savoir en quoi consiste la composition de leurs outils ni de savoir ce qu'il se passe en arrière plan. Dommage non ? D'autant que de nombreuses alternatives existent, des alternatives transparentes ou un audit est possible ; bien sur nombre d'entre nous sont incapables de lire et comprendre ce genre de liste d'ingrédients, mais il reste important que cela soit public et transparent.
En plus de ces problèmes de transparence dans le logiciel, on peut aussi parler de la centralisation des services, des entreprises comme Google ou Facebook ont en leurs mains les données et des informations sur la vie privée de milliards de personnes sur la planète qu'elles peuvent exploiter à leur guise ; imaginez que ces informations tombent entre les mains des mauvaises personnes, imaginez ce que ce genre d'informations auraient pu entrainer dans l'allemagne nazie d'Hitler, ou sous l'URSS stalinienne, ou sous n'importe quel régime qui porte au pouvoir un teigneux autoritaire et le propulse à la place de l'homme le plus puissant du monde ? Il faut se souvenir à quel point nous sommes influencables et manipulables, ne laissont pas des outils ayant le pouvoir de ne nous montrer que leur réalité entre n'importe quelles mains.
Il existe des alternatives à ces grands réseaux centralisés. Il existe des outils capables d'être répartis sur de nombreux serveurs, mais capables de communiquer entre eux, outils développés par des communautés de gens volontaires, supportés par des dons, pour des systèmes ouverts et standardisés, qui vous permettent de vous inscrire sur un service sans en être l'otage.
Il existe notamment en France un organisme appelé Framasoft qui lutte pour l'avancée et la promotion du logiciel libre, ils proposent des services reposant sur ces alternatives libres ; vous n'êtes pas satisfaits de leurs nouvelles conditions ou de certains changement, vous pouvez récupérer toutes vos données et les transférer sur un autre service ou sur votre ordinateur personnel configuré en serveur.

Pour les services alternatifs, en voilà une petite liste loin d'être exhaustive :

  • Linux : logiciel d'exploitation tout comme Windows ou MacOS, ayant la réputation entretenue par certains d'être compliqué d'utilisation et de ce fait réservé aux barbus. La véritable complication avec Linux c'est qu'il existe en réalité des centaines voire des milliers de distributions différentes, et la réelle complexité revient à faire un choix parmi ces distributions. La plus connue de ces distributions est sans doute Ubuntu, un peu tombée en désuétude, elle a perdu de sa popularité en faveur de Linux Mint. Il existe une distribution concue pour être facile à installer et où l'esthétique et l'ergonomie sont mis en avant : elementaryOS. Les plus geeks où ceux qui voudront un système possédant les dernières mises à jour et technologies préfereront peut-être Manjaro. Vous pouvez consulter les informations sur toutes les dernières distributions linux sur DistroWatch.com. Mais si vous êtes peu familier avec l'informatique et ne voulez pas vous casser la tête, dirigez vous vers elementaryOS.
  • Mastodon : alternative à Twitter devenue assez populaire. Cela reprend le principe de Twitter, sauf que les "tweets" sont devenus des "toots", et que les articles sont limités à un nombre maximal de 500 charactères ( contre 300 actuellement pour twitter ). C'est une alternative non pas qu'il s'agisse d'une société qui fasse la même chose, mais d'un organisme qui distribue un logiciel libre et opensource, que tout un chacun peut installer sur son propre serveur et rester ainsi maitre de ses données, et participer à construire un réseau de serveurs fédérés capables de communiquer entre eux. Si vous ne désirez pas vous lancer dans l'installation d'un serveur, vous pouvez naturellement vous inscrire sur un serveur tiers en suivant ce lien. Framasoft héberge également une instance de Mastodon sur ses serveurs, sur framapiaf.org. Vous pouvez consulter notre page mastodon sur framapiaf.

https://youtu.be/IPSbNdBmWKE

  • Diaspora* : Diaspora est un logiciel qui fonctionne sur le même principe que Mastodon, à savoir un système de serveurs décentralisés et fédérés fonctionnant sur un logiciel libre. Sur le fonctionnement Diaspora* imitant plutôt le principe de Facebook, en reproduisant plus quelque chose comme ce qu'était Facebook à son commencement, plus simple d'utilisation, et moins usine à gaz. Framasoft héberge une instance de Diaspora* sur framasphere.org. Vous pouvez consulter notre page Diaspora sur framasphere.

  • Matrix : Matrix est encore une fois un logiciel basé sur le même principe que Mastodon et Diaspora, ce principe de serveurs décentralisés et fédérés. Matrix est un protocole de communication sécurisé, permettant de remplacer des outils comme Skype ou WhatsApp, il permet de créer des groupes de discussion, passer des appels, échanger des fichiers, etc... Encore une fois, Matrix peut-être installé sur son propre serveur, mais la manière la plus simple de commencer avec Matrix et de se rendre sur Riot.im, qui fournit l'interface d'utilisation du protocole Matrix, et duquel vous pourrez vous créer un compte sur Matrix.org. Vous pouvez également rejoindre nos discussions sur #burubiblio:matrix.org.
  • Nextcloud : Autrefois connu sous le nom de Owncloud, Nextcloud est un service de stockage en ligne qui fonctionne un peu comme Dropbox ou Google Drive. C'est un logiciel qui encore une fois a la capacité de communiquer avec d'autres et de créer un réseau de serveurs décentralisés, ce qui permet notamment de partager des fichiers avec une personne possédant des fichiers sur une autre instance. Encore une fois, vous pouvez installer Nextcloud sur votre serveur ou vous inscrire sur un service en ligne.
  • Tutanota : Service de messagerie email reposant encore une fois sur du logiciel libre, les emails qui sont stockés sur le serveur sont stockés et encryptés de telle manière que même ceux qui gérent le serveur sont incapables de déchiffrer vos emails. Tutanota chiffre les communications entre deux utilisateurs de Tutanota mais est incapable de chiffrer les communications avec d'autres services.
  • Firefox : Bien sûr ! Firefox est surement l'une des applications libre et opensource les plus connues ! Je ne pense pas avoir besoin de le décrire ici, c'est un navigateur web, un des meilleurs, et le seul parmi les géants qui soit libre et opensource.
  • VLC : Hé oui ! VLC aussi est surement une des applications libre et opensource les plus connues et les plus utilisées du grand public. Tout utilisateur de Windows ou Linux ( et même de MacOs ) a surement déjà utilisé VLC, réputé comme lecteur Vidéo fiable et avancé, nombreux ont été ceux qui ont tenté de le copier, rares sont ceux qui l'ont égalé.
  • Qwant : COCORICOOOO ! Qwant est un moteur de recherche français ! S'il vous plait ! Ce n'est pas un moteur opensource, mais il offre une alternative à Google et met l'accent sur l'absence de recherche personnalisée et sur la protection des données.
  • DuckDuckGo : Autre alternative à Google, plus ancienne, basée aux Etats-unis également. Si une partie de son code source est opensource, le coeur de l'application reste propriétaire.